AlainH

 

 

 

 

 

Les Marchés de Noël

 

Quand les premières étoiles de givre font étinceler l'Alsace, villes et villages changent de visage. Les portes se parent de couronnes, les fenêtres brillent de mille lucioles et, dans les rues comme sur les places, les maisonnettes en bois des marchés de Noël nous entraînent dans leur magique effervescence. Voici l'Avent qui s'annonce, avec son cortège d'elfes et de lutins, de fées et de diablotins, de menus présents et de délicieuses friandises [cf Côté Est – Noël en Alsace]

Le marché de Noël existait déjà au XIVe siècle – c'était une foire qui, à Strasbourg, au Moyen Age, avait lieu sur l'emplacement du Palais Rohan (à l'époque le Fronhof) et se nommait alors le Marché Saint Nicolas (Klausenmärik). Ces marchés, organisés dans les villes du Saint Empire Romain Germanique, avaient pour vocation de célébrer le jour de la Saint-Nicolas. Ce dernier, accompagné du célèbre "Père fouettard" était chargé d'apporter aux enfants cadeaux et autres friandises.

Après 1530, au moment de la Réforme, le "Conseil Municipal" de Strasbourg dû faire face à la fois à la demande des protestants qui s'élevaient contre cette coutume "du papisme" et les catholiques qui tenaient à leur Saint. C'est ainsi que Saint Nicolas devint "patron des écoliers" mais que le marché fut maintenu sous l'égide de l'enfant Jésus, le "Christkindel". – Le "Christkindelmärik" (marché de l'Enfant Jésus) était né et il a su résister à la fois à la guerre, aux changements des nations et à ceux des régimes.

Décorations en tous genres, cadeaux, sucreries, bougies, fleurs séchées, couronnes, calendriers, santons, accessoires …. Dans les petites maisonnettes qui sont autant de hameaux de bois au cœur des villes ou des villages, les marchés nous font vivre avant l'heure, la magie de cette belle fête de fin d'année qu'est Noël.

A Strasbourg, le marché se tenait Place Kléber avant de s'installer, vers 1870, place Broglie – aujourd'hui il "s'étale" de la place Broglie à la place du Château et jusqu'à la petite France. C'est une promenade à la fois visuelle et olfactive, à laquelle sont invités les strasbourgeois ou autres touristes. Les rues, les maisons, se parent de décorations quelquefois somptueuses – le carré d'or brille de mille feux et le chemin de lumière nous amène vers la cathédrale. De nombreuses initiatives se développent autour du marché de Noël, tel le Village du Partage qui se tient au pied du Grand Sapin, place Kléber ou les différents marchés, thématique, culturel ou national (en 2006 honneur est fait à la Roumanie). Sans oublier le marché du Bredele, qui, à lui seul, est un vrai concentré de senteurs : épices en tous genres, cannelle, anis, orange, cumin pavot, sésame, girofle, muscade ou coriandre, les petits paniers d'osier débordent de ces Bredele sans qui, Noël en Alsace, ne serait pas vraiment Noël.

Ainsi, dans chaque foyer, et selon ses moyens, les préparatifs vont bon train. Cependant, le spectacle, en cette période de l'Avent, est sans conteste à l'extérieur. Maisons, boutiques, églises, façades des grands magasins, tous participent à faire de Noël la plus belle fête d'Alsace – tous rivalisent d'imagination, les gens déambulent dans la ville ainsi parée, la joie et la convivialité sont palpables. Des fenêtres joliment décorées s'échappent les effluves de bredele ou de pains d'épices "faits maison", qui se mêlent avec bonheur aux senteurs de canelle ou d'anis du vin chaud proposé à chaque coin de rue. Les marchés battent leur plein ! Et tant pis pour les détracteurs qui les accusent d'être "purement commerciaux" ou d'être moins "authentiques" – ils font partie intégrante de la fête et il n'y a pour s'en convaincre, qu'à observer les yeux et les visages émerveillés des petits, tandis que les plus grands, malgré eux, se sentent envahis d'un étrange parfum d'enfance....
mw

Saint Nicolas – Patron des petits enfants et des écoliers, Saint Nicolas se fête le 6 décembre – supposé être le jour de sa mort en l'an 310. D'une grande générosité, il était autrefois l'évêque de la ville de Myra, située dans la Turquie actuelle. La réforme protestante du XVIe siècle tenta d'abolir complètement cette coutume catholique qui voulait que Saint Nicolas apporte des présents aux enfants. Elle n'y réussit pas tout à fait, puisque, si Saint Nicolas fut remplacé par le Christkindel et le Père Noël pour ce qui concerne la distribution de cadeaux, ce Saint débonnaire continue à faire la joie des tout petits et des plus grands, le 6 décembre, avec la distribution de friandises et de pains d'épices à son effigie.!

Adventus ! du latin qui signifie "arrivée" – L' Avent correspond aux quatre semaines précédant Noël – symbolisé par la lumière, il désigne la période d'attente de la venue du Christ. C'est à cette époque que se tiennent les marchés de Noël – c'est aussi le moment de la préparation des maisons, de leur décoration et de la mise en place de la couronne de l'Avent. Née en Scandinavie, cette coutume a été adoptée en Alsace, dès le début du XXe siècle. Traditionnellement confectionnée avec des branches de sapin et du houx, la couronne a pris ces dernières années des airs de liberté – petits nounours ou décors plus sophistiqués, la couronne s'intègre à tous les styles et à tous les goûts – un seul impératif demeure : 4 bougies – une pour chaque dimanche, la dernière étant allumée à Noël.

Comme de nombreux villages, La Wantzenau possède elle aussi son marché de Noël – A l'image d'autres marchés, ses stands, proposent au public des sucreries bien sûr , mais aussi plein de petits objets, utiles ou purement décoratifs, destinés à émerveiller petits et grands. Son inauguration aura lieu cette année, le vendredi 8 décembre, à 19 h 30, à l'espace JC Klein.

 

Quelques marchés de Noël célèbres à travers l'Europe

  • En Alsace : le plus célèbre, celui de Strasbourg – mais de nombreuses villes et de nombreux villages ont "leur marché et certains sont très typiques, comme ceux de Kaysersberg ou de Colmar…
  • En Lorraine, le marché de Plombières-les-Bains rassemble des bénévoles en costumes d'autrefois
  • En Provence, c'est bien sûr la vente des santons de la région qui caractérise ce marché –inaugurée en 1803 sur le cours Saint Louis, elle ne comptait à l'poque que trois santonniers
  • En Allemagne, la réputation du marché d'Aix la Chapelle, celui de Stuttgart ou de Nuremberg n'est plus à faire
  • En Suisse, on peut citer Montreux
  • A Bruxelles, enfin, il a pour nom "Plaisirs d'Hiver"
  •  

    TOUS LES DOSSIERS

    Le JOURN'ALAIN en Alsace : Photos - recettes - expressions artistiques - oiseaux - jardinage - Fleurs sauvages - village d'Alsace - pêche - animations - etc.